• Promo !

NIKON Z50

949,00 €
TTC

Le conseil du pro

Le premier hybride APS-C en monture Z avec des capacités accrues dans le domaine de la couverture autofocus et de la vidéo.

Formation découverte de l'appareil expert offerte

CHOIX DU KIT :
Quantité
Derniers articles en stock

Premier hybride APS-C en monture Z, le Z50 rappelle, de par ses caractéristiques, son cousin à miroir, le D7500. Il peut toutefois revendiquer une compacité assez bluffante et des capacités accrues dans le domaine de la couverture autofocus et de la vidéo. Tout en conservant l’ergonomie tant appréciée, sur les reflex et hybrides experts de la marque.

CAPTEUR APS-C DE 20 MPXL


À l’instar des reflex D7500 et D500, boîtiers phares de la gamme expert DX chez Nikon, le Z50 abrite un capteur au format APS-C, de 20 Mpxl. En revanche, il s’agit d’un Cmos différent, par rapport à celui embarqué dans les deux reflex. De type rétro-éclairé (BSI), il est pourvu d’un filtre passe-bas. Par défaut, la plage de sensibilité est comprise entre 100 et 51 200 Iso. Elle peut atteindre 102 400 Iso, voire 204 800 Iso par extension. On obtient des fichiers de 5 568 x 3 712 pixels, avec la possibilité d’enregistrer des Raw (Nef) sur 12 ou 14 bits. De la même manière que sur les Z6/Z7, c’est le processeur Expeed 6 qui conduit les opérations. Fort logiquement, il est ainsi possible de filmer en 4K UHD, à 25 im/s, et de brancher un micro externe pour une meilleur enregistrement des bandes sonores quand on filme et éviter les sources sonores parasites lors
d’un tournage sans ce précieux accessoire en vidéo. Comme sur ses modèles reflex, Nikon a opté pour une stabilisation optique indiquée par le sigle VR (Vibration Reduction) dans la dénomination des produits en dévoilant sur ce principe les zooms DX 16-50 mm f/3,5-6,3 VR et 50-250 mm f/4,5-6,3 VR, premiers du nom dans la gamme APS-C en monture Z. Tout comme ses « grands frères » dans la catégorie 24x36 (Z7 et Z6), il est possible d’utiliser la bague d’adaptation FTZ qui assure une compatibilité technique avec la gamme Nikkor pour monter sur ce Z50 ses anciens objectifs en monture F, de quoi élargir la gamme d’optiques compatibles dès le lancement de ce nouvel appareil sans miroir. Les amateurs de mise
au point manuelle se réjouiront de la présence d’une fonction de focus peaking (baptisée « Mise en relief » dans les menus « Prise de vue/affichage »).

COMME À LA MAISON

Du point de vue de l’ergonomie, le Z50 reprend la philosophie des reflex et hybrides Nikon experts, dans un gabarit plus compact et léger, puisqu’il ne pèse que 450 g (contre 720 g pour le Nikon D7500 par exemple). On retrouve les deux molettes, situées à l’avant et à l’arrière de la poignée, très bien dessinée. Tandis que sur la face avant, sur la droite de la monture, deux larges touches Fn1 et 2, programmables donc, sont accessibles
du majeur ou de l’annulaire. Sur le capot supérieur, on note que le barillet de modes de prise de vue prend désormais place à droite, près du déclencheur. Un sélecteur fait basculer entre modes photo et vidéo, sur le Z50, ce qui s’avère très intuitif. À proximité du déclencheur et de la bague de mise sous tension, le trio de boutons Rec – Iso – Correction d’exposition est reconduit. Comme sur les séries reflex D3000, D5000 ou
D7000, un flash intégré (NG 7 pour 100 Iso) extractible trône sur le dessus du viseur. Au dos, pas de joystick. La sélection des 209 collimateurs hybrides (détection de phase et de contraste) passe au choix via le pad ou l’écran LCD tactile. Ce dernier pivote de manière originale, à 180 ° vers le bas, pour faciliter la prise de selfies. Mais avant d’envisager la prise de vue, avec les deux zooms DX en monture Z, il convient de les «déverrouiller», car ils disposent d’un zoom rétractable, pour une compacité maximale au repos. Il faut donc prendre le réflexe d’actionner la bague de zooming, sitôt que l’on allume son appareil. Le paramétrage des menus s’effectuera sans la moindre hésitation pour tous les habitués de boîtiers Nikon. Et ceux qui possèderaient un reflex APS-C découvriront les bienfaits de la visée électronique, en passant sur le Z50.
Tant au niveau de la largeur que de la luminosité, mais surtout pour ce qui est de la couverture des collimateurs autofocus, sur environ 90 % de la
surface du capteur. En plus de cela, il est possible d’activer la détection des yeux. Ainsi, on profite pleinement de la cadence à 11 im/s, avec une mémoiretampon très confortable en Jpeg, plus limitée en Raw. La fonction SnapBridge autorise l’envoi de fichiers et le pilotage du boîtier en Bluetooth.

NIKONZ50

Vous aimerez peut-être aussi

chat Commentaires (0)